L’histoire du hashtag #JamaisSansElles

[Si vous avez peu de temps, vous pouvez lire une version courte de ce texte et découvrir le top 10 du hashtag]

Le débat suscité par une photo d’un panel 100 % masculin lors de la conférence numérique franco-allemande qui avait eu lieu à l’Elysée en octobre 2015, a amorcé la réflexion qui conduira à la création du mouvement #JamaisSansElles.

Quel est le rapport entre Angela Merkel, une conférence à l’Élysée et un Club d’entrepreneurs du numérique ? #JamaisSansElles !

Le 27 octobre 2015 s’est tenue au Palais de l’Elysée une conférence franco-allemande sur le Numérique.

En voyant passer la photo d’un panel 100% masculin, les fondatrices du club Girl Power 3.0, Natacha Quester-Séméon et Tatiana F-Salomon donnent l’alerte. Elles interpellent le Service Communication du Palais de l’Élysée ainsi que Benoît Thieulin, président du Conseil National du Numérique, via un tweet : « Femmes absentes de la tribune et très rares dans l’assistance : bien triste de voir ça encore en 2015 ! »

Est-ce parce que la conférence se déroule en présence d’Angela Merkel que l’image de ce panel 100% masculin a particulièrement choqué ?

Le débat qui s’ensuit sur Twitter est vif (cf tweets ci-dessous). Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat au Numérique, réagit rapidement, ainsi que des hommes comme Benoît Thieulin et Guy Mamou-Mani (Président de Syntec numérique). Ce dernier déclare dans Le Point : « C’est ce tweet qui m’a soudainement fait prendre conscience de l’incongruité de la situation. L’événement était 100% masculin ». Ce jour-là, sur Twitter également, il prend un engagement en moins de 140 caractères : celui de refuser toute participation à une conférence qui ne compterait aucune femme. Toujours sur Twitter, Gilles Babinet et Henri Verdier prennent à leur tour le même engagement.

Club des Gentlemen, janvier 2016 : Tatiana F-Salomon, Guy Mamou-Mani, Gilles Babinet, Jean-Michel Blanquer, Natacha Quester-Séméon, Benoit Thieulin, Sylvain Attal, Alexandre Jardin, David-Hervé Boutin, François Momboisse.

Quelques semaines plus tard, tous les protagonistes de cet échange se retrouvent chez Gilles Babinet à l’occasion d’une réunion du Club des Gentlemen dont ils sont membres, avec d’autres personnalités comme Benoît Thieulin et Jean-Michel Blanquer. Ce groupe d’entrepreneurs et de personnalités du numérique, humanistes, acteurs et promoteurs du débat citoyen, tous engagés dans la transformation digitale de la société, est présidé conjointement par Tatiana F-Salomon et Guy Mamou-Mani (présidence mixte). Tous deux proposent alors de lancer un appel commun. Le soir même, le groupe tombe d’accord sur le nom de l’initiative : #JamaisSansElles est né !

Dès le lendemain Tatiana rédige l’appel qui sera publié dans le magazine Le Point le 23 janvier 2016.

Rapidement, le fait que des hommes s’impliquent et s’engagent individuellement aux côtés des femmes en faveur de la mixité et de l’égalité homme/femme se révèle être un formidable atout. La nouveauté et le caractère disruptif du concept de #JamaisSansElles font aussitôt du hashtag l’un des plus partagés sur les réseaux dans sa catégorie (voir notre top 10), et établit le mouvement qui l’accompagne comme un acteur de plus en plus incontournable dans le domaine. De fait, les Gentlemen sont très actifs sur Twitter et cumulent à eux tous plus de 600 000 followers.

Un mouvement citoyen disruptif

Le flot de tweets et de réactions positives circulant sur Twitter eut de quoi surprendre les initiateurs du mouvement. Deux heures après la parution de l’Appel, le hashtag se place en trending topics. Le succès est instantané. De nouvelles personnalités de tout premier plan s’engagent : Alain Juppé, Jacques-Antoine Granjon, Nicolas Sekkaki, Philippe Saurel. Le mouvement devient une association dotée d’un Conseil féminin avec Laurence Parisot, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Clara Gaymard et dont les membres cumulent 1,2 million de followers.

Les organisateurs de conférences sont également surpris par cette vague de dirigeants de grande renommée qui s’engagent. L’engouement #JamaisSansElles propulse la question de la mixité sur le devant de la scène : la composition des panels, des plateaux TV, des Conseils d’administration, la place des femmes dans la culture, les sciences ou encore le sport, tout est commenté sous l’angle de la mixité et de la reconnaissance du rôle, de la légitimité et de la présence des femmes au côté des hommes sur le devant de la scène ! (voir le top 10)

Face à cette exigence citoyenne sinon nouvelle, du moins nouvellement visible et facilement exprimable, les organisateurs d’événements se trouvent parfois pris de cours, et commencent à solliciter #JamaisSansElles pour trouver des intervenantes. Certains même, comprenant l’importance de l’enjeu et désireux de se joindre à leur manière au mouvement, font la démarche d’obtenir pour leur conférence le label #JamaisSansElles, se fixant des règles de mixité et d’équilibre bien plus rigoureuses que ce qu’ils pratiquaient jusqu’alors.

La vigilance citoyenne

Du côté des citoyens, le mouvement reçoit également un écho et un soutien inattendus. La communauté active sur twitter contribue au fact checking concernant les signataires. Le public veille et partage. Une photo d’un plateau 100% masculin ne laisse plus indifférent ni les femmes, ni les hommes. Et l’heure n’est plus à la simple déclaration ou à l’affichage de bonnes intentions.

Pour l’association : « #JamaisSansElles, c’est le respect des engagements et de la parole donnée. C’est la mise en œuvre d’actions concrètes pour la mixité ». Elle précise, « il ne s’agit ni de s’opposer, ni de s’imposer, mais de collaborer », et insiste pour rappeler que la bienveillance est essentielle : « Nous ne sommes pas dans le « name and shame » ; nous proposons plutôt le “name and honour”. ». Le ton est donné par Tatiana F-Salomon : « #JamaisSansElles parce que l’Un est l’Autre, parce que le féminisme est un humanisme, parce que l’égalité est notre avenir commun ».

La communauté a donné des ailes à #JamaisSansElles

La communauté qui s’est fédérée autour de #JamaisSansElles est très engagée. Elle a amplifié la portée des messages et développé la notoriété du mouvement sur tout le territoire. Le #JamaisSansElles est devenu viral. Loin d’être un phénomène éphémère, l’activité du hashtag est durable et n’a cessé de croître depuis 20 mois.

Chaque jour, le hashtag est utilisé pour partager des actualités et des commentaires et sensibiliser aux questions relatives à la mixité et à l’égalité hommes-femmes. C’est devenu un puissant vecteur pour interpeller les citoyens, décideurs, organisateurs d’événements ou personnalités politiques sur l’absence de femmes dans les débats publics ou les institutions.

Quelques chiffres : de janvier 2016 à aujourd’hui, ce sont 20 000 contributeurs, 77 000 tweets et retweets postés, 338 millions d’impressions, 50 millions de personnes potentiellement touchées (reach)*.

”La communauté interpelle ou dénonce parfois, mais l’approche de #JamaisSansElles repose sur l’action positive.”

Pour Natacha Quester-Séméon, porte-parole et responsable de la stratégie digitale de #JamaisSansElles,”le digital est dans l’ADN de #JamaisSansElles. L’Appel n’est pas une pétition, mais un engagement personnel que les signataires appliquent au quotidien. C’est une action réelle et visible. Avec Twitter, chacun peut participer en partageant largement des informations, des actions pour promouvoir la mixité, et aussi célébrer des rôles modèles féminins.”

La pertinence de l’approche et l’impact politique du travail de fond réalisé au fil des mois a pu se faire sentir à l’occasion de l’épisode politique présidentiel. Les nominations de femmes dans le gouvernement d’Édouard Philippe ont été abondamment commentées dans les diverses matinales radio et les journaux télévisés de 20h. Mais au-delà de ces nominations, et c’est un fait nouveau, l’attribution de postes clés dans les cabinets ministériels ou à l’Assemblée nationale a été soigneusement examinée. À l’évidence, la place des femmes dans la représentation politique est devenue mainstream, et il est clair que dorénavant la mixité numérique ne suffit pas: c’est la “mixité qualitative” qui fait débat. Entendons par là la mixité dans l’ensemble des sphères de décision et d’influence, y compris au cœur de l’Élysée, qui demeure hélas encore presque exclusivement masculin.

Si l’attention portée à l’équilibre et la mixité a été si grande après les échéances électorales, c’est aussi parce le travail avait été amorcé très en amont au cours de la campagne présidentielle. Outre la signature de l’Appel #JamaisSansElles initial par plusieurs candidats aux primaires, l’Association a proposé une Charte pour les candidats à la présidentielle. Des pics très importants sur Twitter ont été enregistrés à l’occasion de la signature de cette charte par les candidats Emmanuel Macron et Benoît Hamon, offrant à l’Association l’audience d’un nouveau média. De tels pics ont été renouvelés au moment de la formation du premier gouvernement du Président Macron et du remaniement. Avec de nombreuses questions largement partagées : une femme sera-t-elle nommée Première Ministre ? Présidente de l’Assemblée nationale ? Combien y aura-t-il de femmes chefs de cabinets ? Etc.

Parmi les fondatrices Tatiana et Natacha ont une longue expérience de l’engagement associatif de terrain, et depuis une vingtaine d’années de l’empowerment numérique, avec l’Association Les Humains Associés (créée en 1984 et pionnière du web depuis 1994). La communauté a conscience de soutenir l’action à travers le partage sur les réseaux. Cette action ne passe pas par une communication classique ou une campagne marketing, mais la portée de ces messages opérant sur un mode beaucoup plus organique n’en est que plus grande.

#JamaisSansElles s’apprête à conquérir le Grand Ouest.

Le principe de #JamaisSansElles a été repris dans de nombreux pays. En octobre dernier, sur Twitter, 10 députés danois ont annoncé s’engager avec #JamaisSansElles, lançant ainsi un large débat dans leur pays. Dès l’automne 2017, le hub de San Francisco sera lancé, permettant aux entrepreneurs de la Silicon Valley de suivre les français et de passer véritablement à l’action pour une mixité immédiate dans toutes les sphères.

 


Photo : Conférence Numerique Franco-Allemande © Ministère de l’Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *